COMMUNIQUE DE PRESSE de la raddho sur la Mort suspecte d’une jeune fille de 9 ans à Sicap Mbao

Le 04 avril 2016, la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) a été saisie à propos du cas d’une jeune fille de 9 ans, retrouvée morte après un mois de disparition à Sicap Mbao. Le 05 avril 2016, la RADDHO a envoyé une équipe de deux enquêteurs auprès de la famille de la défunte du nom de Mariama CISSE pour élucider les circonstances de la mort suspecte de celle-ci.

Selon les témoignages recueillis sur place, Mariama Cissé a été portée disparue depuis le 1er mars 2016 après avoir quitté son domicile, comme à l’accoutumé, pour se rendre à l’école. N’étant pas de retour chez elle jusqu’à 15 heures, la famille de Mariama Cissé décida alors de lancer une alerte à la recherche de leur fille en pensant que cette dernière serait victime de kidnapping.

Mais ce n’est que le 31 mars 2016, à travers une émission à la radio Zig fm, que la famille de Mariama Cissé sera informée de l’appel pour l’identification de corps anonymes par les services de la CTO de l’Hôpital de Grand Yoff. Le père de la jeune fille qui s’est rendu sur les lieux pour vérification découvrira alors avec une grande surprise que la dépouille de sa fille faisait partie de ces corps anonymes devant être inhumés après identification.

Après l’inhumation de leur fille, la famille Cissé a exprimé son intention de saisir la justice afin que la lumière soit faite sur cette l’affaire. Le rapport d’expertise médico-légal révèle que l’examen extérieur de l’organisme de la victime fait apparaître les signes suivants :
• du sable marin sur le corps.;
• l’absence de lésions traumatiques;
• la présence d’un sparadrap recouvrant un point d’abord vasculaire sur le poignet droit. Quant à l’autopsie des viscères, elle révèle les signes suivants :

• Une congestion des organes : poumons, cerveau, foie, rate, etc.
• La présence d’un contenu gastrique liquide de faible volume légèrement hématique ;
• L’absence d’œdème pulmonaire indiquant une immersion ou une noyade ;
• L’absence de traumatisme crânien ;
• L’absence de signe de défloraison (hymen en place).

En conclusion, le rapport d’autopsie du médecin révèle que le décès de Mariama Cissé est de cause inexplicite. Face à une telle situation, la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) :
• Présente ses vives condoléances à la famille de Mariama Cissé et exprime sa ferme volonté d’assister la famille de la victime pour porter l’affaire devant la justice ;
• Demande au Procureur de la République l’ouverture d’une enquête judiciaire impartiale dans les meilleurs délais pour déterminer les circonstances exactes de la mort suspecte de la jeune fille ;
• Invite l’État du Sénégal à veiller au renforcement de la sécurité des citoyens.

Fait à Dakar, le 07 Avril 2016

 Le Secrétariat Général

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter dans "COMMUNIQUE DE PRESSE de la raddho sur la Mort suspecte d’une jeune fille de 9 ans à Sicap Mbao"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié.


*